Welcome!

Symbian Authors: RealWire News Distribution, Kevin Benedict, Shelly Palmer, Jayaram Krishnaswamy, Eric Brown

Blog Feed Post

Quel troisième acteur sur le marché des OS mobiles, en 2015 ? Deuxième partie : les vainqueurs possibles

 

Podium OS MobilesDans la première partie de cette analyse, j’ai présenté les forces en présence. Je vous propose maintenant d’analyser les attentes des principaux acteurs du marché des OS mobiles et les forces et faiblesses des cinq candidats à la troisième place.

Mobile OS Smartphones US market share 2012-2011Les chiffres viennent de tomber et confirment, s’il en était besoin, la force du duopole I0S et Android, en particulier sur le marché américain ; en 2012, iOS + Android y détiennent plus de 95 % de part de marché.

Je vous proposerai aussi, à la fin de ce billet, de donner votre point de vue en votant pour l’OS mobile qui, selon vous, obtiendra la médaille de bronze.

 

Marchés matures, marchés en développement

US smartphones penetration 4:2014Dans les pays développés, USA, Europe, Japon, Corée du Sud, les smartphones représentent déjà plus de 50 % des téléphones mobiles et ils vont arriver très vite à saturation, comme le montre ce graphique qui annonce un taux d’équipement de 80 % aux États-Unis dès 2014. 

Iphone sales 2010 - 2014 new vs replacementOn rentrera alors dans un marché de renouvellement ; ce graphique, concernant les iPhone, a été publié pour expliquer pourquoi le cours de bourse d’Apple chute fortement depuis quelques mois.

 

2016 sales of smartphones by countriesEntre 2013 et 2016, les marchés porteurs seront les pays en émergence ; en 2016, Chine, Brésil, Inde et les autres pays représenteront environ 75 % d’un marché estimé à 1 600 millions de smartphones. 

Dans ces pays, la majorité des smartphones et tablettes vendus seront des produits d’entrée de gamme, le prix étant un élément clef du succès.

Depuis 2012, on y commercialise des smartphones de qualité à moins de 100 $.

Sur ce site indien, on trouve vingt smartphones Android à moins de 5 000 roupies (1 000 roupies = 2 $).

Aakash 2 $ 40 7 inch Android Tablet educationL’entreprise indienne Datawind a annoncé fin 2012 une tablette 7 pouces, Wi-Fi, à 40 $. L’Aakash 2, c’est son nom, sera achetée 40 $ par le gouvernement indien et revendue 20 $ dans les écoles et universités. Une belle révolution en perspective dans le monde éducatif !

Une version commerciale de la version 3 de cette tablette, avec en plus une carte SIM, est déjà disponible pour 80 $.

Yolo intelMême Intel l’a compris ; un nouveau smartphone Android d’entrée de gamme, le Yolo, équipé d’un processeur Intel, vient d’être annoncé au prix raisonnable de 125 $ ; le premier marché où il sera disponible est le Kenya.

Ceci donne un avantage compétitif majeur aux quatre solutions Open Source et gratuites ; il sera très difficile de se battre sur le marché des smartphones d’entrée de gamme s’il faut en plus payer, et cher, la licence d’un OS mobile.

 

Qui a intérêt à voir émerger un troisième OS mobile de poids

Too much choices ???A qui profite le crime ? Qui a intérêt à faire apparaître un troisième acteur crédible sur ce marché ?

  • Les consommateurs ? Pas sur. Ils ont déjà un grand choix de solutions avec deux OS mobiles de grande qualité.
  • Les développeurs d’applications ? Bien sur que non, car ils doivent réécrire leurs applications pour les nouvelles plateformes, à moins bien sur de choisir HTML5.
  • Les opérateurs télécoms mobiles : beaucoup d’entre eux disent souhaiter l’arrivée d’un troisième acteur pour ne plus être trop dépendants du duopole actuel. Je ne suis pas certain que ce soit la raison principale... 
  • Mobile operators logos 2Dans de nombreux pays, tels que les US, les opérateurs exerçaient un très fort contrôle sur le marché des terminaux mobiles et avaient « droit de vie ou de mort » sur eux. L’abandon progressif des subventions aux mobiles, en particulier dans les pays en émergence, leur enlève beaucoup de pouvoir. Disposer d’un nouvel OS Open Source tel que Firefox Mobile leur permettrait de configurer à leur guise les terminaux et de recréer, de manière paradoxale, des environnements plus fermés !
  • Les constructeurs de terminaux : Apple, Nokia, RIM ont choisi un OS mobile exclusif. D’autres comme Samsung ou HTC ont fait le choix d’un OS prioritaire, Android, mais proposent aussi des smartphones sous d’autres OS.
  • Les communautés « open source » et les défenseurs des standards Web : ils souhaitent disposer d’un OS mobile vraiment ouvert et, même s’ils reconnaissent à Android une forte culture Open Source, ils lui reprochent quand même un contrôle trop fort de Google.

Dans ce contexte, complexe et très concurrentiel, quelles sont les chances de chacun des candidats ? Je les analyserai dans le même ordre que pour la première partie de ce billet.

 

Windows Phone

Windows Phone 8 est sur le marché depuis fin octobre 2012, plusieurs fournisseurs de mobiles proposent cet OS, même si Nokia est de loin le plus actif.

Microsoft Online division lossesMicrosoft a beaucoup de ressources, financières et marketing, et a déjà montré par le passé qu’il sait perdre beaucoup d’argent sur des produits, et pendant longtemps. Le plus bel exemple est celui de la division « on-line », avec Bing et Hotmail, qui a accumulé plus de 10 milliards de dollars de pertes depuis 2006.

Nokia share price 2008-2012La question que tout le monde se pose, et que j’avais déjà évoquée en août 2011, concerne le possible rachat de Nokia par Microsoft. Au cours actuel de Nokia, valorisé à 15 milliards de dollars, ce ne serait pas difficile pour Microsoft qui dispose de 68 milliards de liquidités.

Pronostic : Windows Phone est un candidat sérieux à la troisième place.

 

BlackBerry 10

C’est le 30 janvier 2013 que RIM va présenter au monde entier son nouvel OS et ses nouveaux terminaux.

RIM, tout seul, peut-il survivre ? La réponse est... non !

Logo blackBerry WorldMême en ayant dépensé des fortunes pour inciter les développeurs à proposer des applications pour leur OS, leur place de marché, BlackBerry World, ne propose qu’un choix très limité.

Les dirigeants de RIM l’ont bien compris et ont récemment annoncé, ici et , qu’ils étaient ouverts à des accords pour :

  • Vendre des licences de leur OS à d’autres fournisseurs de terminaux.
  • Vendre leurs unités de production et se concentrer sur les logiciels.
  • Aucune de ces deux options ne me parait une solution pérenne aux problèmes actuels de RIM.

Rim TombOn parle aussi de plus en plus d’un rachat de RIM par un grand acteur du marché ; Amazon avait été cité en 2011, Microsoft et Nokia en 2012. On annonce maintenant que... Lenovo serait un acheteur potentiel.

Ce serait une bonne porte de sortie pour les actionnaires de RIM, mais je pense qu’il est déjà trop tard ; la mariée était encore attirante en 2011. En 2013 ?

Pronostic : BlackBerry 10 ne va pas sauver RIM et l’entreprise deviendra le « Palm » des années 2013 - 2015 ; l’entreprise est rentrée en 2012 dans une unité de soins palliatifs.

 

Les trois challengers Open Source : l’union fait la force

L'union fait la forceTous les OS mobiles Open Source sont construits sur les mêmes bases techniques, et en particulier un noyau Linux. 

Ceci donne aux trois challengers Open Source, Firefox OS, Ubuntu Mobile et Tizen un avantage majeur au démarrage, car ils peuvent s’appuyer sur la réussite d’Android.

Les OS mobiles Open Source 2015Sur ce schéma, j’ai mis en évidence les trois bénéfices dont ils vont bénéficier :

  • Un très grand nombre de terminaux disponibles. Sur le noyau Linux, on peut rajouter tous les logiciels spécifiques (drivers) qui permettent d’utiliser la majorité des terminaux existants. Une première démonstration de cet avantage est la facilité avec laquelle les premières versions de ces nouveaux OS ont pu être portées sur des smartphones Android existants.
  • L’accès aux applications de l’Android Market Place. Les deux grandes places de marché, celle d’Apple et d’Android, ont maintenant un nombre équivalent d’applications ; les rendre disponibles pour Tizen, Ubuntu mobile ou Firefox OS ne posera aucun problème technique important.
  • HTML5 : Ubuntu Mobile et Firefox OS vont privilégier HTML5 pour les applications, fidèles en cela à leur culture des standards du Web. D’ici à 2015, qui est l’horizon choisi pour cette analyse, l’immense majorité des applications mobiles importantes seront disponibles en HTML5, ce qui veut dire que tous les smartphones, quel que soit leur OS, y auront accès.


Projetons-nous en 2015 : 

  • Smarphone, tablette, phablet... de 4 à 13 pouces, vous pouvez choisir l’objet mobile qui correspond le mieux à vos attentes.
  • Vous achetez un objet mobile de très haute qualité, à un prix inférieur à 200 €, la majorité d’entre eux étant sous la barre des 100 €.
  • Il est bien sur libre de tout contrat avec un opérateur mobile.
  • Four Mobile OS on a phoneVous pouvez y installer un ou plusieurs des quatre OS mobiles, en fonction de vos préférences.
  • Toutes les applications importantes dont vous avez besoin sont disponibles, gratuitement, en HTML5 sur le Web.
  • De manière exceptionnelle, vous pouvez compléter votre parc d’applications depuis la place de marché Android qui a changé de nom et s’appelle maintenant « Open Mobile App ».

Si ce scénario a du sens, les OS mobiles ne pourront plus se différencier que sur leurs véritables fonctions d’OS : performances, ergonomie, transparence...

Quelles sont, dans ce contexte, les forces et les faiblesses de ces trois challengers ?

 

Firefox OS

Firefox OS est poussé par l’une des plus importantes communautés Open Source, celle de la fondation Mozilla, qui a démontré en 2005, avec le navigateur Firefox, sa capacité à lancer un produit capable de détrôner un leader qui paraissait invulnérable, Internet Explorer.

Geeksphone for Firefox OSLe nom des premiers terminaux disponibles pour faire tourner Firefox OS, Geekphones, est très révélateur de cette filiation. Ils ont été construits en Espagne, ce qui n’est pas très étonnant, Telefonica étant l’opérateur qui a le premier annoncé son support pour Firefox OS.

Google est, de très loin, le premier bailleur de fonds pour la Fondation Mozilla, qui développe Firefox, le principal concurrent de son navigateur Chrome !

Et si Google refaisait, pour Android, ce qu’il a réalisé pour Chrome en favorisant le succès d’un « concurrent », Firefox OS ? Cette hypothèse me parait très plausible ; deux excellents OS mobiles Open Source, comme deux excellents navigateurs Open Source, c’est une démarche très intelligente pour marginaliser un peu plus les solutions propriétaires !

Pronostic : avec une communauté très forte et des ressources financières importantes, Firefox OS a beaucoup d’atouts pour prendre une place sur le podium.

 

Ubuntu Mobile

Ubuntu Mobile sera disponible à la fin de l’année 2013 ; ce sera donc le dernier arrivé sur le marché des cinq candidats que j’ai sélectionnés.

Ubuntu phone screenJe ne doute pas de la capacité de la communauté Ubuntu à proposer un OS mobile de bonne qualité, même si cela prendra probablement plus de temps qu’annoncé.

Ce qui risque de manquer cruellement à Ubuntu mobile, c’est un écosystème de partenaires puissants capables de le promouvoir.

Sans le support d’opérateurs mobiles, comme Firefox OS, sans un constructeur puissant comme Samsung pour Tizen, Ubuntu mobile aura beaucoup de mal à se faire une place au soleil.

Pronostic : la place de troisième sur le podium me parait inaccessible à Ubuntu Mobile.

 

Tizen

Tizen est un OS mobile pour lequel ses parents, Nokia et Intel, avaient beaucoup investi, et depuis de nombreuses années.

Tizen dispose en 2013 du soutien de partenaires très puissants :

  • Tizen support - Intel Samsung LinuxSamsung, le premier fabricant mondial de smartphones, avec une part de marché de près de 30 % au 4e trimestre 2012, 64 millions de smartphones vendus et un taux de croissance de 76 % sur l’année 2012 (Source IDC).
  • La fondation Linux, dont Samsung est devenu un sponsor « platinum », le plus haut niveau possible.
  • Intel, qui espère ainsi prendre pied sur le marché des smartphones, alors que sa présence en 2012 y est marginale.
  • De nombreux opérateurs mobiles, dont NTT DoCoMo au Japon et Sprint aux États-Unis.

Samsung a déjà démontré qu’il sait construire et commercialiser un OS mobile, avec Bada ;  il sera rapidement fusionné avec Tizen.

Tizen se heurtera cependant à deux challenges importants :

  • Je ne suis pas certain que beaucoup de fournisseurs de terminaux, concurrents de Samsung, vont se précipiter pour installer Tizen sur leurs smartphones !
  • Samsung peut avoir la tentation, comme il l’a fait avec Bada, de « fermer » plus que nécessaire « son » OS mobile en lui rajoutant des fonctionnalités propriétaires.

Pronostic : Tizen restera, pour l’essentiel, une solution Samsung, fera perdre des parts de marché à Android, mais aura du mal à atteindre la troisième marche du podium.

 

Résumé : quel OS mobile numéro trois en 2015 ?

Il faut maintenant choisir qui sera le numéro trois en 2015, en oubliant ses préférences personnelles et en essayant de faire une analyse la plus objective possible, comme j’ai tenté de le faire dans ces deux billets.

Je vous propose de faire entendre votre voix en participant à un petit sondage très simple. (Les candidats sont listés par ordre alphabétique). Il vous suffit de cliquer sur ce lien. (Aucune donnée des personnes qui voteront ne sera mémorisée.)

En attendant, je vous livre mon pronostic.

Classement 5 OS mobilesJ’ai beaucoup hésité entre Firefox OS et Windows Phone, j’ai même envisagé de les mettre à égalité, mais je me suis forcé à faire un choix :

  • Firefox OS
  • Windows Phone
  • Tizen
  • Ubuntu mobile
  • BlackBerry

Rendez-vous en 2015 pour en reparler...

 

Read the original blog entry...

More Stories By Louis Nauges

Louis Naugès is Founder & President of Revevol, the first European Consulting organization 100% dedicated to SaaS and Cloud Computing. He has 30 years of IT experience. Very few people in Europe have his knowledge and expertise in Cloud & SaaS technologies and applications. He works directly with CIOs of very large organizations. Revevol is the first EMEA distributor of Google Apps and the largest worldwide organization deploying Google Apps is one of Revevol's clients.